La route de la mer
EAN13 : 9782072756580
ISBN :978-2-07-275658-0
Éditeur :Gallimard
Date Parution :
Collection :Blanche
Nombre de pages :384
Dimensions : 21 x 20 x 2 cm
Poids : 386 g
Langue : français

La route de la mer

De

Vendu par Librairie Siloë Lis (Nantes 44000)

22.00€
Sur les bords de la Tamise où il est venu installer ses dernières sculptures, de grandes figures de bronze disposées près du fleuve, un homme écoute la Vallée d’Obermann de Liszt et se souvient. Il vient de perdre sa sœur aînée, la pianiste Anna Horberer, et il revoit sa vie, dans la presqu’île de Crozon, sur la côte normande, au Havre et à Paris, dans l’ombre de cette femme brillante, très tôt éprise de piano, folle de Liszt et habitée avant tout par sa vocation d’artiste. Il revoit les lieux d’enfance et retrace l’itinéraire de sa sœur, crainte et admirée, une sœur qui savait capter les regards, les affections et qui lui a tout pris, jusqu’à son meilleur ami Stéphane. Une époque renaît, celle des années 80-90, une vie aussi, avec ses passions, ses tensions, ses désirs cachés, ses voyages, une existence placée sous le signe de la musique et de l’art. Anna Horberer était une immense interprète, reconnue et adulée, mais c’était avant tout une femme, sensible, aimante, sans cesse entourée de disciples et d’amis, de protecteurs aussi. Avec émotion, le frère inconsolable brosse le portrait de cette sœur lointaine et si proche, de ceux qui l’accompagnent, Stéphane, son fils Simon, Mikaël le mécène toujours présent. On entre dans l’intimité d’une artiste, d’une épouse et d’une mère, au cœur des souvenirs et des sons, des épreuves et des doutes, on entend la pulsation des années, la rage de jouer et de vaincre : un lien mystérieux, inaltérable, affleure, porté par l’amour de la musique, le sacerdoce qu’elle exige, la passion des êtres, des villes et des paysages des bords de mer.

Philippe Le Guillou (Auteur) a également contribué aux livres...

Novembre

Novembre

Philippe Le Guillou

Folio

Indisponible sur notre site
Image manquante

La route de la mer

Philippe Le Guillou

Gallimard

Indisponible sur notre site
Géographies de la mémoire

Géographies de la mémoire

Philippe Le Guillou

Folio

Indisponible sur notre site
L'Escalier des brumes

L'Escalier des brumes

Philippe Le Guillou

Éditions Dialogues

Indisponible sur notre site
Novembre

Novembre

Philippe Le Guillou

Gallimard

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 12,00 €
En savoir plus sur Philippe Le Guillou

Vidéo

© Librairie Dialogues

Philippe Le Guillou nous parle de son livre "La Route de la mer" (éditions Gallimard), dans l'émission Dialogues littéraires, réalisation : Ronan Loup. Interview par Élise Le Fourn

1 Commentaire 3 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

3 étoiles

Par .

Pour qui ne connaît pas les univers, l’écriture et les thèmes de l’œuvre de Philippe Le Guillou, ce roman est un modèle.
Je place ici l’histoire au second plan, pour évoquer les thèmes récurrents que l’on a plaisir à retrouver: la musique, les arts, la littérature, les déambulations, les paysages du Finistère emprunts de religiosité, les beautés de Paris, le tout dans un style singulier, classique, marqué par une érudition folle mais pas arrogante.
Philippe Le Guillou c’est aussi un esthète épicurien qui évoque les gueuletons de fruits de mer, l’amour des beaux hommes et une forme d’appétence pour les ossements ( modèles pour l’artiste ), les amitiés ambiguës, les plaisirs du monde!
Pêle-mêle encore, les présidents de la 5ème république s’invitent dans ce texte, des références germaniques aussi, mais surtout des ecclésiastiques, des saints, des vins et du whisky!
Ce livre mélancolique, hommage aux êtres aimés et disparus, ou le cancer vient ronger les personnages est à mon goût marqué par une (trop) grande inclination pour les choses de l’église, avec un peu moins de grâce que les précédents ouvrages. Mais, on se délecte de la musique de sa langue.
Sombre parfois, Philippe Le Guillou n’est jamais aussi puissant que lorsqu’il puise ses mots dans les épreuves du deuil, lorsqu’il se pose en inconsolable.
J’ai aimé. Et je pense que ce livre s’apprécie à sa hauteur à condition d’avoir lu d’autres romans de l’auteur.( L’incontournable « fleur de tempête », « les sept noms du peintre », « les années insulaires » entre autres).